PROBLÈME DE MNÉMOTECHNIE

                                Poème sur le nombre Pi, pourquoi ce nombre ?

 

Le nombre PI, Application de pi, Poeme code PI, mnemotechnie, pi 3,14159, memoire des nombres
Menu Principal Menu Rubrique Services Oasis Outils Web Cartes Oasis


Je me suis toujours intéressée, aux nombres qui ont des particularités tels-que : les nombres premiers, le nombre d'or ( j'ai rédigé d'autres articles que vous pouvez lire à partir de MENU RUBRIQUE ) etc..; et pi fait parti de ces nombres captivants. Ici, il ne s'agira pas d'examiner les propriétés mathématiques de pi, puisque d'autres l'ont fait avant moi, mais d'étudier les moyens mnémotechniques pour se souvenir des grands nombres, et pi se prête très bien pour ce genre de démonstration.

Très jeune, j'avais remarqué qu'il était beaucoup plus simple de se souvenir d'un poème plutôt que d'un grand nombre. Pourtant un poème comporte de nombreux mots qui sont formés à leur tour par une multitude de lettres, alors pourquoi est-il plus simple de se souvenir d'un texte plutôt que d'une suite de chiffres comparable aux 126 décimales de pi ? La réponse est la suivante, un poème projette à notre esprit une image concrète du texte car les phrases qui le composent ont une suite logique et cohérente des évènements alors qu'une suite de chiffre ne nous donne aucun repère. A titre de comparaison, voici le poème de Baudelaire, l'Albatros et les 126 décimales de pi :

L'albatros

 

Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à coté d'eux

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

 

 

 

 

Et maintenant, passons aux 126 premières décimales de pi  c'est à dire à :

3,1415926535 8979323846 2643383279 5028841971 6939937510 5820974944 5923078164 0628620899 8628034825342117067982 14808651 3282306647 0938446

Avouez, qu'un tel nombre n'est pas facile à retenir, même en le découpant en colonnes de trois chiffres, alors que si, pi devenait un poème ça serait tellement plus simple. Evidemment, il n'est pas question de parvenir au niveau de Baudelaire, mais de construire des phrases cohérentes, qui vont permettre la traduction de ce chiffre c'est à dire, un véritable code. Le poème code le plus connu en français est celui que je vous mentionne ci-dessous.

Le nombre de lettres de chaque mot représente les décimales de Pi, un mot de dix lettres représente le chiffre '0'.


Que j'aime à faire apprendre un nombre utile aux sages.
Glorieux Archimède, artiste ingénieux !
Toi, de qui Syracuse, aime encore la gloire,
Soit ton nom conservé par de savants grimoires.
Jadis, mystérieux, un problème
existait.
Tout l'admirable procédé,
l'œuvre étonnante !
Que Pythagore découvrit aux
anciens Grecs:
Ô quadrature ! Vieux tourment
du philosophe !
Sibylline rondeur, trop longtemps vous avez
défié Pythagore et ses imitateurs !
Comment intégrer l'espace plan circulaire ?
Former un triangle auquel il équivaudra ?
Nouvelle invention : Archimède inscrira
Dedans un hexagone ; Appréciera son aire
Fonction du rayon. Pas trop ne s'y tiendra !
Dédoublera chaque élément antérieur ;
Toujours de l'orbe calculée approchera;
Définira limite ; enfin, l'arc, le limiteur
De cet inquiétant cercle, ennemi trop rebelle !
Professeur, enseignez son problème avec zèle...


 

C'est déjà mieux, mais vous admettrez qu'il n'est pas très simple de compter de tête le nombre de lettres que contient chaque mot, alors il m'est venu l'idée, celle de faire mon propre poème en utilisant une méthode un peu différente.

Imaginons que chaque chiffre équivaut à une consonne prononcée et que les voyelles et les consonnes muettes, n'auraient aucune valeur numérique et serviraient simplement de supports pour construire les mots, exemple :* BoNNe aNNée*, on entend * BoNe aNé* qui d'après le tableau ci-dessous est égal à : 922

Les pluriels qui ne se prononcent pas, n'auraient également, aucune valeur numérique ex.* les loupes*, phonétiquement ça donne,* lé loup* c'est à dire 559, il en va de même pour IN, IM, ON, OM, ANT, ENT, ONS, ENTS etc.. Exemple *Bon* équivaut à 9 alors que *BoNne* à 12, je vous ferai remarquer également, que lorsque la consonne est double je ne la compte qu'une seule fois, en revanche, je prends en compte les liaisons exemple : *oN en PaRLe* etc.. , car ici il ne s'agit pas d'orthographe mais de consonance des lettres.

Maintenant que je vous ai donné quelques explications, passons à la pratique avec mon tableau d'équivalence.

 

TABLEAU D'EQUIVALENCE

1=

T et D parce que T ressemble au 1 et D à presque la même prononciation

2=

N, GN parce que N à deux jambes

3=

M le M en a trois

4=

R pensons qu'une voiture a quatre roues

5=

L, ILL le L en chiffre romain équivaut à 50 pour nous 5

6=

J, CH (G lorsqu'il se prononce J ex. Gitan) pour les lettres mouillées

7=

K, Q, (G guttural), (C, lorsqu'il se prononce K ex. case) pensons à cassette K7

8=

F, PH, V, W

9=

P, B le P ressemble à un 9 à l'envers et le B a presque la même consonance

0=

S, Z, (C lorsqu'il se prononce S ex. cerveau)

 

Reprenons maintenant notre fameux nombre pi

3,1415926535 8979323846 2643383279 5028841971 6939937510 5820974944 5923078164 0628620899 8628034825342117067982 14808651 3282306647 0938446

 

Et, maintenant transposons les consonnes équivalentes à pi, cela nous donne :

 

M,T, R, D, L, P, N, CH, L, M, L, V,

B, Q, B, M, N, M, F, R, J, N, CH, R,

M, M, V, M, N, C, P, L, S, N, V, F, R,

T, P, Q, T. CH, B, M, P, P, M, C, L, D,

S, L, V, N, S, B, Q, R, P, R, R, L, P, N,

M, S, Q, V, T, J, R, C, J, N, F, J, N, S,

PH, B, B, V, J, N, F, C, M, R, V, N, L,

M, R, N, D, T, Q, S, G, C, B, V, N, T,

R, V, S, F, CH, L, D, M, N, V, N, M, S,

G, CH, R, Q, S, B, M, V, R, R, CH

 

 

 

Enfin, ajoutons les voyelles pour former le poème. Voilà ma solution.

Attention, ici Lupin est un nom propre tout comme Emile et Manon

 


Ma, 3,

TeRre De LuPin NonCHaLant

1 4 1 5 9 2 6 5

éMiLe Voit Bien, Qu'on Bat MaNon et M'en Fou

3 5 8 9 7 9 3 2 3 8

un Roi JeuNe et ChaRMant, Me Vit Mi-Nue

4 6 2 6 43 3 8 3 2

un CaPéLan et Son NeVeu, FuiRent à Temps

7 9 5 0 2 8 8 4 1

à PâQue, Ton Chant BohéMien, Peu à Peu M'aCcueiLle en DanSant

9 7 1 6 9 3 9 9 3 7 5 1 0

La Vie, uNe SamBa Qui RomPRa

5 8 2 0 9 7 4 9 4

Rions LuPin ! oN aMuSe, Que Veux-Tu !

4 5 9 2 3 0 7 8 1

J'ahuRis Ces JeuNes Fous, JeuNes Sans PhoBie

6 4 0 6 2 8 6 2 0 8 9

un Bon Vin à Jeun, N'éFfaCe Mon RêVe

9 8 6 2 8 0 3 4 8

NuLle âMe ReNie ou DouTe Qu'un SonGe

2 5 3 4 2 1 1 7 0 6

ComBien VaNiTeux, RaVi Sans FâCHer

7 9 8 2 1 4 8 0 8 6

Oh ! Loi, DoMiNe en Vain Nos MenSonGes CHéRis

5 1 3 2 8 2 3 0 6 6 4

Qui oSent Bien, Me VoiR enRiCHi

7 0 9 3 8 4 4 6

 

J'ai composé ce poème codé, il y a de cela quelques années, je sais très bien que des poèmes sur pi, ils en existent dans plusieurs langues utilisant divers procédés, mais lorsqu'on compose le sien on a une satisfaction personnelle. Ce qui est important dans cet exemple, c'est qu'à partir du moment où les chiffres sont substitués à des lettres, on peut facilement les combiner à des mots et donc fabriquer des codes. Grâce à cette technique, on peut mémoriser les très grands nombres et pas seulement pi, d'ailleurs j'ai souvent utilisé ce procédé pour me souvenir des dates importantes de l'histoire, de la superficie de la plupart des pays du monde, de chiffres astronomiques, sans compter les multiples emplois quotidiens. Sachez, que dans l 'antiquité grecque, les chiffres étaient symbolisés par des lettres.

Ainsi le 1= ', 2= ', 3= ', 4= ', 5= ', 6=' , 7=' , 8= ', 9= ', 10= '

Pour le 11=' , 12=' , 13=' , etc.

Pour le 20=' , 30=' , 40=' , 50=' , 60=' , 70= ', 80=', 90= ל',

100=', 200=' , 300=', 400=' , 500=' ,etc..

Je pourrais compter ainsi au moins, jusqu'à 100 000. Certains chercheurs ont remarqué que les distances des temples formaient de véritables mots et permettaient ainsi de savoir à quelle divinité ils étaient dédiés.

 Mais revenons en à pi, depuis l'année 1995 le japonais, Hyroyuki Gotu détient le record du monde pour avoir récité 42195 décimales par cœur. Aujourd'hui grâce aux ordinateurs, on lui connaît plus de 200 milliards de décimales, des morceaux de musique ont même été composés d'après ce nombre. Cliquez sur ce lien pour entendre de la Musique PI.

 

CLIQUER ICI il faut pour cela le programme RealPlayer

 

 

Pi, a toujours captivé les mathématiciens et ceux en particulier qui veulent absolument résoudre le problème de la quadrature du cercle, c'est à dire parvenir à construire à la règle et au compas un carré de même surface qu'un cercle donné, mais cela n'a évidemment aucun rapport avec la mnémotechnie.

 Je pense qu'avec les exemples que je viens de vous donner, vous aurez à présent moins de mal à mémoriser les nombres, sachez que pour faciliter le travail de la mémoire il est très important d'associer les choses entre elles au maximum en créant des repères.

 

Vous pouvez choisir aussi, d'autres articles sur MENU RUBRIQUE en haut de la page, merci