Menu Principal Menu Rubrique Services Oasis Outils Web Cartes Oasis




 

 

Voici les grandes lignes de mon discours du 26 Septembre 2006 sur les valeurs de la francophonie à l'Université d'Athènes, en présence du Ministre Adjoint du Ministère des Affaires Etrangère de Grèce, monsieur Théodore Kassimis, du Secrétaire Général du Ministère de l'Education et des Affaires Religieuses monsieur Andréas Karamanos, de l'Académicien,  Professeur de philosophie à l'Université d'Athènes et Président de la Ligue Franco-hellénique monsieur Evanguélos Moutsopoulos, des Ambassadeurs Bruno Delaye (France) et Georges Ciamba (Roumanie)

 

 

 

 

 

 

 

Mesdames Messieurs

 

 

A la veille du Sommet de la francophonie qui se déroulera à Bucarest, nous sommes réunis pour ce colloque dont le thème central est sur « Quelques aspects de la culture francophone en Roumanie et en Grèce ».

Pour ma part, je vous parlerai des valeurs de la francophonie.

J'aborderai ce thème des valeurs en prenant pour référence la définition sans doute la plus pertinente à ce sujet qui avait été prononcée par le Président Léopold Senghor

 

« La francophonie avait-il dit, c'est cet humanisme intégral qui se tisse autour de la terre : cette symbiose des énergies dormantes de tous les continents, de toutes les races qui se réveillent à leur chaleur complémentaire « 

 

Eh bien, à l'age de la globalisation où plus personne ne peut se soustraire, défendre les valeurs de l'humanisme est un devoir pour tout être soucieux de la pérennité de sa civilisation

 

Les seules valeurs qui demeurent véritablement stables sont celles fondées sur les qualités humaines, comme ;  la dignité, la morale, la solidarité, le partage. Bien plus que le matérialisme, bien plus que les armes, ces valeurs là triomphent toujours des tentatives de domination lorsque les peuples en prennent conscience.   

 

Face à la situation actuelle, la francophonie lance le défi d'une société plus humaine contre une conception robotisée du monde en puisant sa vitalité dans son métissage culturel et linguistique source de richesse et d'inspiration inépuisables.

 

Elle constitue donc un véritable laboratoire de la diversité culturelle grâce à sa présence sur les cinq continents où elle est étroitement liée au processus de démocratisation, de développement durable, facteur de paix, de prospérité dans le respect des droits de l'homme. Elle est devenue le symbole d'une ouverture vers le monde, d'un partage, d'une coopération entre les peuples appartenant à des cultures différentes.

 

 

 D'ailleurs la notion de francophonie car c'est bien de notion, de concept qu'il s'agit dépasse largement son cadre étymologique et ne cesse de s'élargir. Elle est actuellement comparable à un arbre par ses racines combien chargées d'histoire et de tradition qui en même temps étire ses branches pour offrir les fruits du progrès et de l'espérance à tous ceux qui désireront tourner le dos à l'uniformité du monde et de la pensée.

Ce dernier point est essentiel à mes yeux pour le progrès de notre société afin qu'elle ne se paralyse dans un seul système dominant  qui équivaudrait à un suicide intellectuel.

 

 Une des premières diversités culturelles est bien entendue celle des langues et j'ajouterai même des dialectes qui font eux aussi partis de notre noosphère. Aujourd'hui le patrimoine linguistique mondial est estimé à environ 6000 langues selon les spécialistes mais ce nombre devrait chuter dramatiquement d'ici la fin du siècle si rien n'est accompli causant des pertes irrémédiables. 

 

Le linguiste Britannique David Crystal qui est un adversaire acharné du monolinguisme ce qui lui vaut d'ailleurs d'être l'objet de critiques sévères dans son propre pays, est très révélateur sur la menace qui pèse sur l'avenir de nos langues ;  dans son livre intitulé language Death (La mort d'une langue) ,  il mentionne :

 

 ....au fur et à mesure qu'une langue meurt (pour les philosophes, les scientifiques, les anthropologues, les folkloristes, les historiens, les psychologues, les linguistes, les écrivains) une autre source de données précieuses est perdue à jamais. ...La diversité ... est une force humaine évolutionnaire, et elle devrait être protégée comme si elle était elle-même une fin ».

 

Consciente de cela, la culture francophone en s'opposant à la langue unique, à la pensée unique, étant elle-même source de pluralité, se présente de nos jours comme un modèle alternatif face aux menaces que font peser la globalisation et ses corollaires sur la diversité linguistique pilier de l'expression des peuples.

Aussi fidèle à son engagement elle s'associe en symbiose avec d'autres aires linguistiques dans le monde ; Hispanophones, Arabophones et d'autres..  afin de créer une véritable dynamique humaniste de partage.

 

Au delà de cet aspect hautement important, le respect des identités est un facteur primordial pour instaurer le dialogue.  Ainsi le français, langue des droits de l'homme se présente  comme un vecteur d'espoir au service de la paix, de la démocratie, du développement, de la solidarité, du dialogue des cultures et des civilisations pour un rapprochement des peuples et de leur connaissance mutuelle.  L'accès à l'éducation pour tous et à la formation font partis de ses priorités, tout comme le soutien à l'état de droit. 

Elle s'oppose vivement à cette sous culture des masses qui cherche à s'imposer par tous les moyens sur l'ensemble de la planète, qui asservit l'homme en lui ôtant sa réflexion et sa dignité. 

 

C'est sans doute, cet idéalisme commun à tous les peuples dont la langue française est porteuse qui fit dire à Virgil Gheorghiu

« Parler français pour un Roumain, c'est encore parler sa langue maternelle »

 

Cette phrase si flatteuse pour un francophone démontre en même temps que si le français est perçu dans le cœur d'un étranger à l'égal de sa propre langue, de sa propre culture alors cette langue là ne peut être que   celle du dialogue, du progrès et de la paix

 

 

Et ce n'est sans doute pas un hasard si la Grèce a rejoint l'Organisation Internationale de la francophonie par sa candidature en 2004 année des Jeux Olympiques d'Athènes, jeux qui par leur histoire sont symboles d'un message de paix, de fraternité universelle des peuples, valeurs communes avec celles que défend aujourd'hui la francophonie

 

 

Arrivant au terme de mon discours je vous témoignerai par un cri du cœur ce que je ressens au plus profond de moi-même :

vive la langue roumaine à l'écho de son foisonnement intellectuel, vive la langue grecque au reflet de son  immense civilisation, vive les langues du monde pour les merveilles de leurs mots, vive la francophonie source de diversité dont l'échelle de valeurs est centrée sur l'homme. !

 

 

                                                                                                                                                   lène Kémiktsi